Devenir un esprit de Goshin
Bonjour, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire. Mot de passe perdu ?
Page:   1  2  3  4  »  Fin 

Michel Sacal


Messages : 14155


Message privé Site Web
 

Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 30-04-2007 19:22 »

Vous avez tous carte blanche pour poser TOUTES les questions, y compris d'ordre commercial sur la chabazite.

Mr Balmer de la Somez répondra en détail at avec franchise du 7 au 11 mai...

popof

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 07-05-2007 16:33 »

Bonjour,

On polémique d'un coté en demandant des explications et lorsque l'on mets les outils à disposition pour en parler il n'y a pas beaucoup de "discussion".

Avant toutes choses, je tiens à vous remercier vous Mr balmer personnellement, votre société ainsi que ce site qui a permis de mettre en place ce fil de discussion.

Je vais donc commencer.

Mr Balmer pourriez vous expliquer la montée de prix du produit depuis que celui ci est estampillé "Chabazite".

Nombre d'entre nous trouvons le prix excessif vis à vis des premiers prix que nous avions eu. Nous avons tous spéculer sur une prise de position opportuniste* de la part de votre société vis à vis des consommateurs potentiels que nous sommes à défaut peu être.

Et bien oui je préfère commencer par se qui "fâche"  tongue

Cordialement

Cyril Morozof

Michel Sacal


Messages : 14155


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 07-05-2007 18:42 »

Une question d'ordre pratique

J'utilse la chabazite depuis quelques temps. En pot son problème est la légèreté quand elle sèche en surface.
Peut-on ajouter un "liant" type Akadama, tourbe blonde, ou autre, pour essayer de la stabiliser et éviter qu'elle ne gicle si on arrose un peu fort ?

le solognot


Localisation : proche de BOURGES
Messages : 32


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 07-05-2007 21:03 »

Bonsoir  monsieur BALMER
Une question d'ordre pratique:
Pensez vous avoir des dépositaires de vos produits dans la région Orléanaise
Merci pour la réponse

popof

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 00:27 »

Plus généralement, envisagez vous de faire une distribution dans des enseignes ou commerces sur la métropole.
y'a t'il un projet de VPC?

Cordialement

Cyril Morozof

kimel


Messages : 568


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 10:12 »

[quote author=Léa link=topic=3911.msg110920#msg110920 date=1177931252]
Mon intervention avait pour but d'apporter mon expérience en matière de zéolithes, de membranes et de physiologie végétale. Choses que je manipule personnellement quotidiennement et professionnelement depuis bientôt 30 ans (hé oui, je ne suis pas une jeune demoiselle). Je crois aussi que parfois il faut faire confiance aux gens et que l'on ne peut pas tout savoir. J'ai lu depuis quelques temps des choses soit approximatives soit totalement fausses à propos des zéolithes qui par expérience dépassent les performances du meilleur akadama.

Bonjour,

Sauf erreur, vous êtes "léa".
Je ne doute pas de votre expérience professionelle au sujet des zéolithes. Pour être certain de bien comprendre, pouvez-vous préciser si cette expérience rejoint également celle du bonsaï depuis aussi longtemps ?
(Ou bien plus généralement celle de la horticulture, ou autre ?)

Merci

kimel


Messages : 568


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 10:39 »

[quote author=Léa link=topic=3911.msg110804#msg110804 date=1177776135]
Une zéolithe à l'équilibre c'est à dire à l'air ambiant contient déjà de l'eau, cela varie de 15 à 25% en poids. (...) Si on considère que la chabazite est la zéolithe naturelle qui adsorbe le plus on va donc poser un taux d'hydratation à l'équilibre de 20% à 23%
(...)
Vous n'imaginez pas la puissance d'aspiration dont dispose un végétal, c'est incroyable ! En fait, tout ce passe ainsi : la plante "pompe" de l'eau dans le substrat, elle commence par l'eau libre entre les granulés, puis ensuite elle "suce" ce qu'il y a dans les grains.
Elle comprend qu'elle a affaire à un substrat qui conserve l'eau plus longtemps et qu'il faut aller la chercher, alors elle va développer une "armée de puisatier" en l'occurrence : les racines. C'est pourquoi (ce n'est pas la seule raison), avec une zéolithe, le développement racinaire est aussi impressionnant.

Ceci signifie-t-il, selon vous, que la plante pourra extraire aussi cette eau (20/23%) qui demeure dans la chabazite même lorsqu'elle semble totalement sèche ?

(Si tel n'est pas le cas, autant dire que cette quantité-là ne nous importe pas , même s'il convient de la prendre en compte au sens strictement scientifique. Seule l'eau réellement disponible pour les racines peut nous suggérer la qualité réelle du sbstrat en tant que support de culture)

W. Balmer

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 10:42 »

Bonjour à tous,

D'abord je tiens à tous vous remercier pour votre enthousiasme et l'accueil chaleureux que vous avez réservé à CHABASAÏ.

Cette semaine je répondrai à toutes vos questions techniques ou autres en espérant être à la fois clair et précis. N'hésitez surtout pas à me demander plus d'explications le cas échéant.

Commençons par la question commerciale posée par Cyril ("popof").

Il faut tout de suite apporter deux précisions.

1) Chabazite n'est pas un nom commercial, c'est le nom d'un type de zéolithe (il y a plus de 160 zéolithes !). Notre marque s'appelle CHABASAÏ il s'agit en effet d'une chabazite. La meilleure que l'on puisse trouver au monde pour la culture des bonsaï.

2) La SOMEZ n'a jamais donné de prix public pour CHABASAÏ. Comment les choses se sont-elles passées ? Suite à l'article de Bruno Auvinet, des amateurs nous ont appelés, sollicitant un ou plusieurs sacs de chabazite. A cette époque j'avais 2 palettes réformées sur lesquelles plusieurs sacs avaient été abîmés donc invendables en l'état aux professionnels. J'ai donc prélevé les sacs sur ces deux palettes. Mon calcul de prix se faisant sur la base de mon coût de revient du moment (production, transport, stockage, manutention, frais annexes, marge) donc dans le contexte habituel de nos activités.

Il faut peut-être rappeler un point important. La SOMEZ travail quasi exclusivement avec des professionnels. Nous fournissons des centaines de tonnes de chabazite par an à des industriels. Notre conditionnement est le big-bag de 1000 kg ou la palette de 40 sacs de 25 kg. La quantité minimum est la tonne et 99% de nos clients nous achètent la chabazite en camion complet soit 24 tonnes.

J'ai pu lire dans les forums des choses assez inexactes. La vérité est que nous n'avons absolument aucune expérience du "B to C" (vente directe aux particuliers). D'où ce cafouillage au démarrage et je l'avoue notre erreur a conduit à l'incompréhension des amateurs.

Revenons donc à notre histoire de prix. Lorsque les amateurs sont venus au bureau ou au dépôt chercher leurs sacs ils ont payé un prix de l'ordre de 18 Euros TTC le sac de 25 kg. Dans notre métier un prix est confidentiel, il apparaît sur un devis ou une facture, il n'est donc pas public. Ce sont donc les amateurs qui ont indiqué ce prix sur les forums.

Suite aux demandes insistantes des amateurs mais aussi de certains professionnels, nous nous sommes trouvés face à la question : faut-il se lancer dans le bonsaï ? et si oui, quand ? Pour y répondre il a fallu faire une étude de marché et auditer notre mode de fonctionnement interne habitué à la vente aux professionnels. Croyez moi, c'est une mutation très importante pour une entreprise.

Certains d'entre vous ont pu me rencontrer à Ste Livrade sur Lot et ont répondu à mon questionnaire. Cela faisait parti de notre étude de marché, elle s'est avérée concluante mais à condition de modifier certaines choses comme le packaging et le contrôle qualité. Cela demandera des investissements en équipement.

À la question "quand ?" nous avons choisi : dès cette année. C'est pourquoi nous avons déposé la marque CHABASAÏ en quatrième vitesse avant Ste Livrade. Nous voulions avoir une idée de l'accueil du produit auprès du public avant d'investir dans des machines coûteuses.

Donc nous en arrivons aux nouveaux tarifs. Vous aurez compris que le coût de revient de CHABASAÏ est nettement supérieur non seulement à cause des investissements en équipements mais aussi à cause des frais de marketing que cela impose. A partir du moment où on se décide à lancer un produit nouveau l'objectif est d'en vendre beaucoup donc de le faire connaître. La publicité coûte très cher : la presse, un site web, les stands, les congrès, la distribution d'échantillons ou tout simplement moi qui suis en train de vous répondre aujourd'hui 8 mai.

Il faut ajouter à cela des détails que l'acheteur ne voit pas dans le prix qu'on lui donne. Par exemple, la traçabilité. En cas de contrôle par les autorités publiques il nous faut pouvoir identifier chaque sac. Les contrôles par analyses physico-chimiques sont donc bien plus nombreux sans parler du système de suivi plus complexe. On ne met pas un produit "grand public" sur le marché sans être soumis à ces contraintes.

Vous voyez qu'il y a une très grande différence entre un sac vendu à un industriel et un sac vendu à un amateur de bonsaï.

Ensuite, comme l'a demandé Cyril, il faut que CHABASAÏ soit distribué partout en France et je l'espère, en Europe. Dans ce cas, il faut établir un réseau de distribution et bien sûr, que les revendeurs gagnent leur vie. Le prix du sac vendu par les distributeurs aux particuliers sera nécessairement plus élevé que celui da la palette entière d'une tonne achetée en direct par les clubs.

Pour nous l'objectif est simple : vous fournir un matériau que nous considérons meilleur que l'akadama et moins cher. Quel que soit le réseau que vous emprunterez nous nous efforcerons à faire que CHABASAÏ soit toujours moins cher que l'akadama.

A ce propos, comme vous le savez, CHABASAÏ est plus résistant mécaniquement que quasiment tous les types d'akadama. Cela signifie que les utilisateurs en achèteront moins souvent, cela doit évidemment être répercuté dans notre prix. Vous comprendrez aisément que l'on ne peut pas dire que l'on a un produit meilleur en tout point que l'akadama et le vendre au prix de la pumice. Il y a là un seuil psychologique qu'il ne faut pas dépasser.

Enfin, bien que j'ai pu lire ici ou là qu'il aurait fallu augmenter le prix au fur et à mesure. Cela n'est pas possible car vendre à perte aurait des conséquences graves et enfin, l'objectif étant l'Europe, il est préférable d'avoir une totale lisibilité dès le départ.

En conclusion, le prix de vente initialement donné ne correspondait pas à celui du marché des bonsaï. L'objectif n'est surtout pas de piéger les amateurs ou de les prendre "pour des vaches à lait" mais de vendre à un prix juste, calculé en fonction de son prix de revient, des efforts que l'on fait pour le vendre et surtout de sa qualité.

SOMEZ
Wilfrid Balmer

W. Balmer

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 10:46 »

Michel Sacal a écrit:


Une question d'ordre pratique

J'utilse la chabazite depuis quelques temps. En pot son problème est la légèreté quand elle sèche en surface.
Peut-on ajouter un "liant" type Akadama, tourbe blonde, ou autre, pour essayer de la stabiliser et éviter qu'elle ne gicle si on arrose un peu fort ?
Michel,

CHABASAÏ s'adapte à tous les substrats. C'est à vous d'imaginer les types de mélanges et les proportions en fonction de votre arbre, de votre climat et de vos conditions d'entretien.

W. Balmer

W. Balmer

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 10:51 »

popof a écrit:


Plus généralement, envisagez vous de faire une distribution dans des enseignes ou commerces sur la métropole.
y'a t'il un projet de VPC?

Cordialement

Cyril Morozof
Cyril,

Nous travaillons en ce moment afin de faire connaître CHABASAÏ auprès des professionnels du bonsaï. Nous espérons qu'ils y trouverons un intérêt. Il est certain que si la pression des amateurs augmente, ils devront réagir. A ce jour nous n'avons pas de revendeur sur le territoire national ou par VPC (y compris Internet) mais nous espérons y remédier d'ici la prochaine saison.

W. Balmer

W. Balmer

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 11:30 »

kimel a écrit:


[quote author=Léa link=topic=3911.msg110920#msg110920 date=1177931252]

Bonjour,

Sauf erreur, vous êtes "léa".
Je ne doute pas de votre expérience professionelle au sujet des zéolithes. Pour être certain de bien comprendre, pouvez-vous préciser si cette expérience rejoint également celle du bonsaï depuis aussi longtemps ?
(Ou bien plus généralement celle de la horticulture, ou autre ?)

Merci
Kimel,

Le Prof. Robert REGIS, a deux passions : la physique, son métier qu'il exerça jusqu'à sa retraite à la fin des années 90 et l'horticulture, son violon d'Ingres. C'est à cause de cette seconde passion qu'il a découvert les zéolithes.

Il créa avec des amis une association dans les années 70 qui devint la SOMEZ en 1984. La passion des plantes est restée intacte chez les membres de l'entreprise. Nous sommes d'ailleurs membres de l'association "Jacques Cœur", créée par le Prof. REGIS qui a pour objectif la valorisation d'un terrain classé "jardin botanique" dans la banlieue de Montpellier.

Pendant plus de 30 ans nous avons étudié les relations plantes/zéolithes sur des salades, des radis mais aussi des platanes ou des érables. Le caractère scientifique des membres de la SOMEZ leur colle à la peau et ces travaux sous un air de "hobby" ont été menés de façon très scientifique. Certain travaux ont d'ailleurs été réalisés en collaboration ou en parallèle avec des organismes de recherche universitaire. Malgré les spécificités de la culture de bonsaï, nous pouvons nous poser comme expert en matière de relation plantes/zéolithe.

En ce qui concerne les bonsaï, en effet, nous avons parmi les membres de l'association, des amateurs de bonsaï et depuis quelques années nous suivons de très près les travaux de certains amateurs dont un que vous connaissez tous : Bruno Auvinet allias bruno44. C'est d'ailleurs la rigueur de son travail réalisé sur un large panel de bonsaï qui nous a permis de faire la comparaison avec nos travaux sur les arbres "normaux" et conclure que notre substrat était compatible avec la plupart des bonsaï cultivés en milieu neutre. Les travaux du club de Nantes recoupaient les notre et nous confortaient dans l'idée que bonsaï ou pas, un arbre reste un arbre. Donc que nos connaissances en horticulture pouvaient largement s'appliquer au bonsaï.

Au fait, vous l'aurez compris, je ne suis pas personnellement Léa, c'est la SOMEZ dans son ensemble soit près de 150 ans d'expériences cumulées.

W. Balmer

lanig


Localisation : limite 35/56
Messages : 1465


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 11:37 »

Pendant plus de 30 ans nous avons étudié les relations plantes/zéolithes sur des salades, des radis mais aussi des platanes ou des érables. Le caractère scientifique des membres de la SOMEZ leur colle à la peau et ces travaux sous un air de "hobby" ont été menés de façon très scientifique. Certain travaux ont d'ailleurs été réalisés en collaboration ou en parallèle avec des organismes de recherche universitaire. Malgré les spécificités de la culture de bonsaï, nous pouvons nous poser comme expert en matière de relation plantes/zéolithe.
C'est intéressant mais pourriez vous mettre en ligne les résultats des travaux ou leurs références afin d'éviter un certain aspect "argument d'autorité" qui apparaît inévitablement lorsque des affirmations ne sont pas accompagnées de leurs preuves ?

Merci.

W. Balmer

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 12:00 »

kimel a écrit:



Ceci signifie-t-il, selon vous, que la plante pourra extraire aussi cette eau (20/23%) qui demeure dans la chabazite même lorsqu'elle semble totalement sèche ?

(Si tel n'est pas le cas, autant dire que cette quantité-là ne nous importe pas , même s'il convient de la prendre en compte au sens strictement scientifique. Seule l'eau réellement disponible pour les racines peut nous suggérer la qualité réelle du sbstrat en tant que support de culture)
Kimel,

Il faut bien distinguer la mesure physique de la rélaité de la plante. Lorsque l'on mesure la teneur en eau dans un substrat on est bien obligé de suivre une procédure drastique. Le seul moyen d'évaluer cette teneur avec précision est comme cela a été indiqué par Léa. C'est l'unique façon de comparer des substrats de nature différentes.

Par contre la détermination de l'eau disponible pour la plante c'est une autre histoire que je pourrais qualifier d'arbitraire qui ne dépend pas que du substrat mais de beaucoup d'autres paramètres (plante, climat, granulométrie...).

Je ne veux pas rentrer dans le détail mais il faut noter ceci :

Les grains de zéolithes que vous avez (2-5 mm) sont en fait un agglomérat de cristaux beaucoup plus petits (quelques microns). Donc l'eau va se situer à 4 niveaux : 1) libre entre les granulés. 2) libre entre les cristaux contenus dans le grains. 3) libre à l'intérieur des pores de la zéolithe et 4) adsorbé à l'échelle moléculaire sur certains composant du minéral.

Mis à part l'eau réellement adsorbée à l'échelle moléculaire soit 2 à 5% en poids tout le reste peut partir avec plus ou moins de facilité. Il est clair que plus on descend dans la structure moins l'eau est facile à extraire.

Résultat, ce n'est pas la quantité d'eau exprimée au total mais bien ce que va pouvoir pomper la plante pour qu'elle s'épanouisse. Là, les choses deviennent empirique.

Ce qui nous intéresse c'est la plante et la disponibilité en eau dans le substrat. L'information importante n'est donc pas la quantité d'eau adsorbée au départ mais seulement deux paramètres :

1) Le ratio rétention/relargage au cours du temps.
2) Le ratio rétention/drainage à l'arrosage.

Imaginons un substrat gonflant capable de capter 100% de son poids en eau, s'il le perd sur quelques heures, il ne sert à rien et s'il le conserve trop longtemps, les racines pourrissent.

Tout est une histoire d'équilibre et à ce petit jeu, CHABASAÏ tient la corde n'est-ce pas ?

W. Balmer

jeanluc


Localisation : Charleroi Hainnaut Belgique
Messages : 2878


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 12:17 »

Bonjour,

je viens de recevoir une palette de zéolithe (pas rien que pour moi, mais aussi pour le club) et à première vue, tant du niveau granulométrie que de l'aspect, cela me semble impeccable.

en plus par rapport  l'akadama, la dureté est meilleure et vu l'expérience de Bruno, il n'y a pas de raison de l'essayer.

il ne me reste plus qu'à adapter l'arrosage, je l'ai bien fait en passant de substrats avec terreau vers des substrats drainants.

BàV

J-L

PS : je n'ai jamais demandé de tests scientifique en passant à l'akadama.

" Pour faire du bonsaï, il faut un arbre, un homme, une paire de ciseaux et beaucoup, beaucoup d'amour..." John Naka

W. Balmer

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 12:24 »

lanig a écrit:




C'est intéressant mais pourriez vous mettre en ligne les résultats des travaux ou leurs références afin d'éviter un certain aspect "argument d'autorité" qui apparaît inévitablement lorsque des affirmations ne sont pas accompagnées de leurs preuves ?

Merci.
Lanig,

Je ne vais pas mettre en ligne tout ce que nous avons déjà fait d'abord parce que la SOMEZ a 23 ans et que les travaux qu'elle a en archive sont trop nombreux. Ensuite, parce que les effets des zéolithes naturelles en cultures végétales ne sont pas une nouveauté. Maintenant, je serais heureux de vous accueillir et vous montrer ce que nous savons et ce que nous savons faire.

Par ailleurs, il faut savoir que plus de 3 millions de tonnes de zéolithes naturelles sont commercialisées chaque année dans le monde. 70% de ce tonnage est dédié à l'agriculture et plus particulièrement à l'amendement des sols pour les cultures végétales. On utilise les zéolithes depuis des siècles voire des millénaires pour de nombreuses applications : la construction (les romains), le transport de poissons vivants (les dalmates), l'agricultures (les chinois et les romains), l'élevage de carpe Koï (les japonais). A ce propos, les japonais connaissent les zéolithes, certaines sont efficaces pour la filtration de l'eau (carpe Koï) mais ils ne disposent pas de zéolithe de type chabazite.

Je n'ai donc pas de preuve supplémentaire à apporter.

Quant à notre autorité, des organismes comme EDF, l'Agence Nationale pour les Déchets Radioactifs, l'Institut de Radioprotections et Sécurité Nucléaire, AREVA, l'AFNOR, l'Office Internationale de l'Eau, quelques leaders mondiaux de la distrution d'eau, le prix Nobel Pierre Gilles de Gennes qui présente nos travaux devant l'Académie des Sciences et bien d'autres considèrent que nous faisons autorité alors pourquoi pas vous ?

W. Balmer

popof

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 13:43 »

Toutes mes excuses pour l'erreur de nom ...
L'explication claire nette et précise.

Merci

Cyril Morozof

dec


Messages : 479


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 08-05-2007 13:44 »

Mr Balmer,

Merci de nous répondre. Votre propos est clair est cohérent.

A priori le calibre standard vendu est 2-5 mm...

Les propriétés de la Chabazite m'intéressent puisque j'essaye de cultiver des arbres de quelques centimètres dans des pots grands comme des dés à coudre et que la deshydratation à cette échelle est très rapide...

Voici donc ma question : pensez-vous que sur une granulométrie "plus fine", type poussières tamisées
(de l'ordre  de 1-2mm) les propriétés de drainage, de rétention et d'aération soient similaires à celles  du calibre standard ?

Merci.

kimel


Messages : 568


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 09-05-2007 13:35 »

W. Balmer a écrit:


(...)
En conclusion, le prix de vente initialement donné ne correspondait pas à celui du marché des bonsaï.
(...)

Cette phrase malencontreuse relativise fortement la portée de tout le reste de l'argumentation que vous développez pour expliquer cette très importante augmentation.

De plus, plusieurs de points que vous évoquez par ailleurs me laissent perplexe, par exemple:
- imputation directe des frais d'investissement/marketing (jusqu'à votre temps de réponse sur ce forum  yikes2), sans étalement ni prise en compte des retours attendus sur investissement (?!);
- nécessité d'une traçabilité (??) pour un tel produit (ce n'est pas de l'agro-alimentaire, du pharmaceutique ou des armes à feu..., je suis très surpris, à moins que ayez employé un terme inapproprié )
- comparaison avec d'autres produits vendus "pour le bonsaï", et pour lesquels les m^mes problèmes de prix exagérés (à mon sens) existent déjà (pumice vendue 3 à 4 fois plus cher sur le marché bonsaï, akadama hors de prix ...)

Bref, votre phrase résume bien le fond de ma pensée concernant l'essentiel de ce qui a guidé votre choix de positionnement tarifaire. Bien entendu, ce choix vous appartient entièrement.
J'espérais simplement, un peu naïvement, que vous rompriez avec cette stratégie (dénommée "écrémage" en marketing) qui est semble malheureusement universelle sur le marché du bonsaï.

J'espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de mes propos, évidemment totalement exempts d'animosité.

bruno44


Messages : 2255


Message privé Site Web
 

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 09-05-2007 14:23 »

bonjour Mr Balmer

si je maitrise la culture bonsai avec la zéolithe (12-13 ans de recul), je voudrais aborder un point culture, à mes yeux, fondamental

SA DEGRADATION

en effet ,avec le temps, certaines "chabazites" résistent très bien (3-4 ans, car je laisse rarement plus longtemps le substrat), et d'autres s'écroulent, comme l'akadama, au bout d'une année.
dans votre dernière livraison, énormément de poussière (donc grain très friable) se retrouve dans les sacs.(si le cas à Nantes n'est rien à côté d'une intervenante du forum, cette poussière ne semble pas logique)

la stabilité, qui pour moi est un facteur important, se doit d'être irréprochable, car nous savons ,passionné de bonsai que nous sommes, que l'on ne peut se permettre des colmatages de pots.

je suis surpris de ce constat, car j'effectue quelques tests depuis 28 mois, et ne remarque aucune dégradation ,ni résidu de zéolithe, contrairement à d'autres substrats

alors, à quoi cela est dû ?

Guest

Re: Point sur la Zéolithe : Mr Balmer répond à toutes les questions

« Réponse : 09-05-2007 16:49 »

Léa, M. Balmer, Ets Somez...etc

J'ai bien compris vos arguments et sans vouloir polémiquer, je voudrais revenir sur cette notion de prix psychologique qui est à mon sens largement exagérée et exploitée par certains revendeurs.
Si l'on se base sur le prix de l'akadama, référence en la matière et base de votre argumentation, je la paye 8,37 euros TTC le sac de 10kg (hard quality, double line) , ce qui nous fait 21 euros les 25kg ...
Je sais que ce prix est confidentiel ( ;D) mais je tiens la facture à disposition de tous ceux qui en seront étonnés.

Donc, il vaut mieux à mon sens, démontrer les qualités de la chabazite, et ne plus parler de prix.

Page:   1  2  3  4  »  Fin 

Index du forum » L'ART DU BONSAI » CULTURE, TAILLES ET TECHNIQUES » Point sur la Zéolithe : Mr Balmer...